La Matelote - Yverdon-les-Bains

Historique du Club

 

 

 

C'était le 5 février 1935 qu'une poignée d'amoureux du lac avait décidé de se réunir afin de créer le meilleur pour le plaisir et l'intérêt de tous. La grippe en décida autrement. La réunion fut annulée et reportée. Le 23 février 1935, 24 navigateurs créent un groupement dont le but est le développement de la navigation de plaisance à Yverdon. La seule condition pour en faire partie : posséder un bateau. Ainsi naquît la Matelote, avec à sa tête non pas un président, mais un Capitaine.

 

En 1945, les premières régates dites «des 4 mardis» voient le jour. Les bateaux barrés par un membre du CVG sont admis. C'est le commencement d'une belle entente avec le club voisin.

 

Il faudra attendre 1954 pour que le club-house voit le jour. Il fut inauguré pour le 20e anniversaire de la Matelote. Durant ces vingt premières années, les navigateurs du bout du lac s'y firent connaître par leurs bons résultats lors des régates.

 

Dès 1963, un comité spécial sera chargé d'étudier la création d'un port sur la rive gauche. Le port prend forme sur le papier durant plusieurs années. A l'assemblée générale du 13 décembre 1968, 60'000 Fr. sont provisoirement souscrits pour la création d'un port à Yverdon. Le port de Grandson voit le jour en 1969, celui d'Yverdon-les-Bains...

 

Dans les années 70, les membres de la Matelote s'intéressent aux jeunes et les initient à leur passion. Les jeunes suivent avec enthousiasme et la Matelote voit arriver une armada de «bouffeurs» d'écoutes. Les comités successifs vont oeuvrer inlassablement à la promotion de la voile de plaisance, sans oublier les régates, sorties sur le lac, en mer, cours de voile pour les jeunes, sport scolaire, parfois même des sorties hivernales. Plusieurs bateaux seront achetés pour encadrer et entraîner les jeunes, poser les bouées, sécuriser les régates.

 

Parler de la Matelote en oubliant les soupers au bord de la Thièle, c'est oublier une page importante de la Matelote, moment où la régate se refait, où les navigateurs revivent leurs bords, leurs passages de bouée, leurs empannages, moment où tout s'anime, se partage dans l'amour d'une passion commune.

 

 

Christiane Baudraz